filet2.png
Accueil Les collections Le château
filet.png

PostHeaderIcon Le château de Philippe de Crépy-Nanteuil


 

  • Le musée de l'archerie et du Valois est installé dans un ensemble médiéval original, à la fois palais princier, noble demeure seigneuriale et maison de ville.

 

Construit sur un promontoire découpé dans le plateau du Valois, il occupe à Crépy une position dominante. Une chapelle basse, dédiée à saint Aubin et ouverte sur la ville, est d'abord élevée vers 1170-80 par Thibault III de Crépy-Nanteuil. Son fils, Philippe Ier, compagnon d'armes du roi Philippe Auguste à la bataille de Bouvines (1214), affirme son prestige et sa richesse en surélevant la chapelle et en construisant un château à vocation résidentielle.

Le premier niveau accueille traditionnellement les cuisines et l'ensemble des communs. Plus surprenant était le confort des chambres nobles, éclairées grâce à de larges fenêtres. Le seigneur recevait ses hôtes dans une vaste salle, couverte d'une magnifique charpente, toujours très admirée par les visiteurs. Lorsque le château perd sa vocation résidentielle dans la seconde moitié du XIIIe siècle, cet espace se transforme peu à peu en grenier. Au même niveau, le maître des lieux et ses proches pouvaient accéder à la chapelle haute Sainte-Marie qui leur est exclusivement réservée. Elle est desservie, comme la chapelle basse Saint-Aubin par des chanoines qui circulent d'un niveau à l'autre grâce à un escalier spécialement aménagé dans l'épaisseur des murs.

Au XVe siècle, le château est rattaché au domaine des ducs de Valois. Puis il devient le siège du tribunal du baillage et de l'administration du duché. Les juristes deviennent peu à peu l'élite de la ville. Plusieurs belles demeures du vieux Crépy en témoignent encore. De la fin du XVIIIe siècle à 1850, le château sert entre autres de prison. Cette dernière, une froide nuit d'octobre, accueille un hôte illustre, le poète Gérard de Nerval. Par la suite, associations locales, compagnie théâtrale, cinéma se succèdent avant de laisser la place à un musée d'arts et traditions populaires à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Refondé en 1949, les collections de celui-ci sont alors orientées vers l'archerie puis le patrimoine religieux du Valois.

 
unesco

Le bouquet provincial, fête traditionnelle de l’archerie, est l’héritage de longs siècles de pratique.

Pour que ce patrimoine demeure vivant et qu’il soit reconnu, apportez votre soutien au projet d’inscription du bouquet provincial sur la liste représentative du patrimoine culturel mondial de l’Unesco en signant la pétition à l'accueil du musée.

 

filet.png