Arme de chasse, arme de guerre

Il y a 400 000 ans, l’Homo Erectus chasse avec un épieu, lance en bois dont l’extrémité pointue est passée au feu pour plus de rigidité. Cette arme reste pratiquement identique jusqu’à l’arrivée de l’Homme de Néandertal (250 000 av. J.-C.) qui y ajoute des pointes en os et peut-être en silex. Avec l’Homme de Cro-Magnon (43 000 - 12 000 av. J.-C.) les techniques de chasse évoluent encore grâce à l’invention du propulseur. Ce crochet leur permet de lancer la sagaie plus loin en prolongeant la longueur de leur bras et en multipliant leur force par un effet de levier. Le plus ancien connu, a été retrouvé à Combe Saunière, en France, et aurait 17 000 ans. 

 

Il est difficile de dater le passage du propulseur à l’arc car le bois et la corde se conservent très mal. Les plus anciennes flèches retrouvées sont en pin et ont été découvertes à Stellmoor, en Allemagne : elles ont 12 000 ans. L’excellente facture de ces flèches nous laisse penser que l’invention de cette arme est en réalité bien antérieure. L’usage de l’arc perdure jusqu’au milieu du Moyen Âge. L’apparition des armes à feu le déclasse cependant, tant pour la chasse que pour la guerre. 

 

Aux États-Unis, de retour de la Guerre de Sécession (1861-1865), les frères Thompson redécouvrent la pratique de l’archerie suite à leur interdiction d’utiliser des armes à feu en tant qu’anciens sudistes. Ils publient leurs exploits dans Witchery of Archery (1878) et participent ainsi au regain d’intérêt pour la chasse à l’arc. De nos jours, la chasse à l’arc est également pratiquée en Europe et tous les types d’arc, qu’ils soient droits, classiques ou à poulies peuvent être utilisés. En France, la chasse à l’arc est réglementée depuis 1995.

 

Les arcs droits, descendants de la Préhistoire, sont pour la plupart constitués de lamelles de bambou et de fibres synthétiques. Les facteurs d’arcs proposent des modèles uniques faits sur-mesure en fonction des caractéristiques et des goûts de chaque tireur. 

 

L’arc classique ou recurve, est à double courbure. Plus court et plus maniable, il emmagasine plus d’énergie que l’arc droit. Ces arcs classiques imposent au tireur de connaître parfaitement sa force de traction et de régler son arc à sa juste puissance afin que le tir soit efficace et constant. 

 

L’arc à poulies ou compound est inventé en 1969 par Holless Wilbur Allen. Cet arc équipé d’un système de câbles et de poulies emmagasine encore plus d’énergie qu’un arc classique et augmente la vitesse de la flèche de 60% environ.

L'arc de Holmegaard


L'arbalète à moufle


Jean-Marie Coche


Musée de l'archerie et du Valois 

Rue Gustave Chopinet 60800 Crépy-en-Valois 

Tél : 03 44 59 21 97