Jean-Marie Coche

Jean-Marie Coche était un facteur d’arc extrêmement réputé, notamment pour avoir relancé ce métier en France en 1981, après s’être lui-même formé aux États-Unis. Il est également resté célèbre comme fondateur de l’école de tir instinctif souple nommée « La Voie médiane ». Les préceptes qui y étaient enseignés permettaient à l’archer d’allier compétences sportives, techniques mais également spirituelles. On peut citer parmi les grands principes transmis par cette école le fait de tirer avec un arc démuni de tout accessoire d’aide à la visée, la pratique de la respiration diaphragmatique lors du tir et la recherche d’une meilleure connaissance de soi. Auteur de plusieurs livres sur sa discipline, Jean-Marie Coche a formé de nombreux archers contemporains à la pratique du tir instinctif souple dont certains continuent de transmettre sa méthode de tir et sa philosophie aux nouvelles générations.

 

Le musée possède plusieurs objets de Jean-Marie Coche : 

 

Un brassard de cuir épais. Le brassard permet de protéger l’avant-bras du tireur du retour de la corde après la décoche. Celui-ci a été fabriqué par Jean-Marie Coche qui y a apposé son monogramme. 

 

Un gantelet à trois doigts en cuir. Le gantelet également appelé gant ou doigtier protège les doigts de l’archer du frottement de la corde. 

 

Un arc signé du modèle « Samouraï » composé de bambou, d’ébène, de fibre noire, de cuir, d’une corde et  de fibres synthétique. Il possède une force de 35 livres à 68 cm d’allonge. 

 

Un grand arc de chasse façonné en 1988 et donné par Jean-Marie Coche lui-même au musée.