Vierge à l'Enfant


Anonyme

 

France, XVIe siècle

Pierre

Dépôt de la commune de Fresnoy-le-Luat, 1975

Classé au titre des Monuments historiques

Inv. D19751.1



Vierge à l'Enfant de Fresnoy-le-Luat

Ce groupe statuaire en pierre polychrome de la Vierge à l’Enfant est classé Monument Historique depuis 1925. Il se trouvait à l’origine dans la chapelle du Luat, située dans la commune de Fresnoy-le-Luat. 

 

La Vierge est élégamment vêtue d’une robe ocre à décolleté carré nouée sur le devant. Son long manteau bleu aux bords décorés est retenu par un cordon avec deux agrafes en forme de fleur. Elle porte une couronne et est assise sur un siège dit « Dagobert », en forme de X, dont les extrémités sont ornées de motifs floraux. L’Enfant Jésus, assis sur sa jambe droite feuillette un livre ouvert tenu par la Vierge. L’Enfant désigne à sa Mère, de son index gauche, un endroit précis du texte. Cette représentation diffère des iconographies habituelles, montrant plus couramment l’image d’une mère instruisant son enfant, comme sainte Anne le fait avec sa fille Marie. Ici l’inverse se produit : Jésus enseigne à sa Mère et lui indique sur le livre qu’ils feuillètent ensemble les passages importants à lire et à méditer. 

 

Le sommet de la tête de Marie ainsi que le revers de l’œuvre ne sont pas sculptés, et ce dernier a même été évidé jusque dans le dos afin d’alléger l’ensemble au maximum. Cela montre aussi que cette statue était destinée à être vue uniquement de face, placée dos au mur, dans une niche ou adossée à une paroi. 

 

Les armoiries visibles sur l’accoudoir du siège ne sont à ce jour pas identifiées. Il est néanmoins probable que le commanditaire de cette œuvre était un influent seigneur local. 

 

Dans les environs du Valois, les Vierges à l’Enfant trônant avec un livre ouvert sont peu nombreuses pour la période des XVe et XVIe siècles. Ce thème domine cependant à Bruxelles au XVe siècle. Bien que provenant vraisemblablement d’un atelier d’Île-de-France, cette statue n’en présente pas moins des influences venues tout droit des Flandres. 

 

Deux statues représentant saint Jean et saint Jacques, également déposées au musée sous les numéros d’inventaire D1975.1.4 et D1975.1.3, encadraient cette Vierge à l’Enfant dans la chapelle du Luat. Au vu des nombreuses ressemblances stylistiques, elles sont probablement toutes trois issues du même atelier et formaient un ensemble statuaire imposant destiné à relever le prestige de la petite chapelle qui les abritaient.