L'archerie

Il y a 400 000 ans, l’Homo Erectus chassait avec un épieu, lance en bois dont l’extrémité pointue était passée au feu pour plus de rigidité. Cette arme est restée pratiquement identique jusqu’à l’arrivée de l’Homme de Néandertal (250 000 avant notre ère) qui y ajouta des pointes en os et peut-être en silex. Ce n’est qu’avec l’Homme de Cro-Magnon (43 000 - 12 000 av. J.-C.) que les techniques de chasse évoluèrent grâce à l’invention du propulseur. Ce crochet permet de lancer la sagaie plus loin en prolongeant le bras humain et en multipliant la force par un effet de levier. Le plus ancien connu, retrouvé à Combe Saunière en France, aurait 17 000 ans. 

 

Depuis ce temps, utilisé pour la chasse et la guerre, l’arc est présent sur tous les continents : sa fabrication et son usage varient selon les ressources naturelles et les cultures locales. En Afrique, les arcs dits «simples», c'est-à-dire fabriqués avec une seule essence de bois, sont peu puissants mais néanmoins redoutables car les flèches sont empoisonnées. En Mongolie, en revanche, les cavaliers utilisent des armes «composites» d’une force extrême. Au Japon, le tir à l’arc est devenu un art martial raffiné appelé Kyudo.

 

L’âge d’or de l’archerie en Europe est certainement le Moyen Âge. Le grand arc en if appelé longbow arme les archers anglais qui infligent à Crécy et à Azincourt de terribles défaites aux Français au cours de la guerre de Cent Ans. Le corps des Francs Archers, chargé de la police des villes, est créé par Charles VII en 1448. Par la suite, au XVIe siècle, l’arc et l’arbalète perdent leur rôle militaire au profit d’armes à feu comme l’arquebuse. Néanmoins, le tir à l’arc reste pratiqué dans des compagnies traditionnelles, toujours actives aujourd’hui en Picardie et en Île-de-France. Les collections du musée reflètent la richesse de leurs traditions en présentant des événements comme le tir de l’abat l’oiseau ou la fête du Bouquet provincial.

 

Outre ces pratiques, le tir à l’arc est également une discipline olympique. Les collections du musée évoquent le savoir-faire des facteurs d’arcs et les progrès techniques dont ont bénéficié les archers, tant dans le domaine sportif que dans celui de la chasse à l’arc, réglementée en France depuis 1995.

Musée de l'archerie et du Valois 

Rue Gustave Chopinet 60800 Crépy-en-Valois 

Tél : 03 44 59 21 97